Rwanda-France/ Génocide


Jetée d’un hélicoptère français, une rescapée avorta.

Kigali, 14 déc. (ARI) - Un rescapé a affirmé ce jeudi à la Commission rwandaise qui enquête sur le rôle présumé de la France dans le génocide de 1994 que son épouse a avorté après  avoir été jetée d’un hélicoptère de l'armée française à côté du lac Kivu, a établi l’Agence Rwandaise d’Information (ARI).

Cultivateur de son état, ce rescapé qui a requis l’anonymat s’était fait interpeller en compagnie de son épouse à Gikongoro en juin 1994 par les soldats français. Ces derniers les conduisirent à la base militaire de l’Opération Turquoise située au Village SOS. Lui, son épouse et quatre autres personnes rencontrées sur place furent frappés à mort par les soldats français et ligotés toute la nuit.

Le lendemain dans la matinée, toutes les six personnes furent conduites à Murambi avant d’être embarquées à bord d’un hélicoptère de l’armée française dont les portes étaient ouvertes. Toutes les six personnes furent jetées par terre au fur et à mesure par les soldats français présents dans cet hélicoptère. 

La femme de ce rescapé qui était enceinte a dû avorter une semaine plus tard. Le témoin s’est fait briser la colonne vertébrale et a demandé le secours des membres de la Commission pour qu’il accède à des soins. Il n’est plus capable de s’adonner à son travail de cultivateur parce que son échine a été brisée. Par ailleurs, les quatre autres
personnes sont mortes. (Fin).   

ARI-RNA/ Gen./ D.M/ 14. 12. 06/ 14 : 30 GMT

Nnnn


Rwanda News Agency
www.ari-rna.co.rw
rna@rwanda1.com