Rwanda-France/ Génocide

 

« Enfin on va s'offrir du Tutsi », soldats français dans une bagarre avec des étudiants tutsi à Butare en 1992.

 

Kigali, 13 déc. (ARI) - Une chercheuse américaine a provoqué en 1992 une bagarre entre étudiants tutsi et soldats français de l'opération Noroît à l'Hôtel Ibis de Butare, selon le témoignage du Directeur de cet Hôtel, Michel Campion, à la Commission rwandaise qui enquête sur le rôle présumé de la France dans le génocide, a établi l'Agence Rwandaise d'Information (ARI).

 

La chercheuse américaine s'appelle Paula Maurowsky et travaillait dans la ville universitaire de Butare sur le SIDA pour le compte de l'Université américaine John Hopkins. Elle avait beaucoup d'amis parmi les étudiants tutsi de la Faculté de Médecine de l'Université Nationale du Rwanda située dans cette ville méridionale du pays.

 

Michel Campion a indiqué qu'il y avait 120 instructeurs français à l'Ecole des Sous-officiers (ESO) de Butare qui prenaient leur repas au restaurant de l'Hôtel Ibis et leur bière à la terrasse du même Hôtel tous les jours.

 

La chercheuse américaine incita les étudiants tutsi avec lesquels elle avait de bons contacts à aller s'en prendre à au moins 100 soldats français de l'Opération Noroît qui se trouvaient à la terrasse de l'Hôtel Ibis.

 

Aussitôt dit, aussitôt fait. Ces étudiants tutsi sont allé crier sur les soldats français en les qualifiant des « Interahamwe » de Mitterrand. Et aux soldats français de dire : « Enfin on va s'offrir du Tutsi». Et la bagarre éclata.

 

Il y eut des casses et beaucoup d'autres dommages. L'Hôtel Ibis fut dédommagé par l'Auditorat Militaire français. Ce dernier s'en était excusé auprès du Directeur de l'Hôtel Ibis et a promis qu'il n'y aura plus de soldats français qui viendraient à l'Hôtel. Ce qui fût fait.

 

Michel Campion fit savoir à la chercheuse américaine qu'elle venait de lui faire perdre des clients en incitant les étudiants à s'en prendre aux soldats français. «Tu es en train de recevoir chez toi des gens qui viennent soutenir un régime criminel», avait-elle rétorqué. (Fin).

 

ARI-RNA/ Gen./ D.M/ 13. 12. 06/ 15 : 30 GMT

 

 

Rwanda News Agency

www.ari-rna.co.rw      

rna@rwanda1.com