Des plaintes ont été déposées contre X, d'autres sont en cours de préparation.

Lors de la conférence de presse de la Commission d'Enquête citoyenne le 3 février 2005, les avocats, Antoine Comte et William Bourdon, ont annoncé qu'ils vont porter plainte, au nom d'une dizaine de Rwandais, dans une dizaine de jours, pour "complicité de génocide" contre des militaires français engagés en 1994 dans l'opération "Turquoise" au Rwanda.

Les plaignants accusent des soldats français d'avoir aidé les responsables du génocide à débusquer leurs victimes et d'avoir commis eux-mêmes des meurtres et des viols.

Ils reprochent aussi aux militaires de l'opération Turquoise d'avoir persuadé le 27 juin 1994 des milliers de Tutsis de quitter leurs caches près de Bisesero, dans le sud-ouest du pays, en leur promettant de revenir. Mais les miliciens hutus seraient arrivés avant leur retour, massacrant des milliers de personnes.

Par ailleurs, trois plaintes pour viols visant des soldats français, déjà en cours d'examen à Paris, pourraient être jointes au dossier, ont précisé les avocats.

C'est la première fois qu'une responsabilité directe de la France est évoquée dans le génocide où au moins 800.000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés d'avril à juin 1994 par les milices et les militaires d'un régime que la France soutenait.