1 janvier 2024 et jours suivants
2024-Ed142

Les actualités se suivent de la plus récente à la plus ancienne
dans la colonne principale

⤿ Retour vers la page actuelle

⤿ Dans la précédente page actualité du 1 avril  2023
et jours suivants
- 2023-Ed141 :

Rusesabagina - Kabuga - Malagardis - Nazi Africain
Bucyibaruta - Ntiwiragabo  - Rwamucyo - Muhayimana
M23

⤿ Avertissement

Les rubriques permanentes

Regards sur le Rwanda
et le génocide des Tutsi

La justice en France

Le Tribunal pénal international
pour le Rwanda (TPIR / ICTR)

Contexte et éclairages divers

  • "Affaire Tarnac"
  • Une affaire qui illustre les "erreurs d’appréciations" dont sont capables les services d’enquête français et la crédulité des responsables face aux informations qu’ils leur présentent… Si en plus, comme dans le cas de l’implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda, ce sont ceux qui sont mis en cause qui fournissent les informations… C’est un gouffre de dérives assuré.

Le génocide n'est pas fini pour tout le monde.  Béatrice Mukamulindwa ne sait pas ce qui est advenu de ses trois enfants pendant le génocide. Elle les cherche toujours. Aucun élément ne lui permet d'avoir la certitude qu'ils seraient morts.

Le cas de Béatrice n'est pas isolé. Ces dernières années des enfants et des parents se sont retrouvés après 20 ans de séparation. Certains grâce à l'association qu'elle a créée :

Recommandation importante

Dites toujours le "PRESUME génocidaire" ou "PRESUME financier du génocide", ou "est accusé de" ou pour des Français "PRESUME complice dans le génocide des Tutsi" tant que la personne n'a pas été condamnée en France ou devant le TPIR.

Sinon la justice  française selon la loi sur la presse, interprétée habituellement de façon très abusive même si les faits sont historiquement établis, vous condamnera. Il suffit d'une plainte. Ces gens là ont la gâchette juridique facile.

De plus tenez compte du fait qu'il y a dans l'appareil d’état français des réseaux minoritaires très négationnistes et très actifs qui favoriseront et accentueront votre condamnation. Ils bénéficient en outre comme membres de l'appareil d'Etat, d'un régime de protection particulier, qui accentue encore leur protection, abusive et scandaleuse dans le contexte des analyses des responsabilités dans le génocide des Tutsi.

Quand on dit appareil d'Etat il faut comprendre, éducation nationale, armée, gendarmerie, justice et probablement police, même si je ne me souviens d'aucun élément de négationnisme du génocide des Tutsi concernant la police française.

Quand on dit la justice, il faut bien comprendre que ces réseaux sont parfois virulents et efficaces parmi les magistrats, de la parisienne cour de cassation aux tribunaux de province. Même quand on signale des faits documentés qui posent question, même exclusivement à un procureur, il peut basculer et, malgré un non-lieu initial,  demander votre condamnation pour diffamation, tant ces réseaux sont virulents. Tous ces fonctionnaires qui sont soumis à ces réseaux négationnistes, souvent malgré eux, n'en ont pas nécessairement conscience. Le Rwanda c'est loin et on fait tout pour qu'ils ne s'y intéressent pas plus. On peut même signaler des situations de conflit d'intérêt qui ne semblent troubler personne.

N'oublions pas non plus les églises dans lesquelles ces réseaux peuvent avoir une influence transversale. La plupart des "présumés génocidaires" résidant en France sont très bien accueillis dans les églises. C'est la stupéfaction quand ils sont mis en examen.

Ne pas oublier non plus l'influence de ces réseaux dans les médias.

Donc protégez-vous contre les abus de la loi sur la presse. Soyez prudents. C'est malheureusement la situation de l'appareil d'état français pour ce que nous en connaissons concernant la question de l'implication de la France dans le génocide des Tutsi ou d'autres affaires d’État qui traînent en longueur.

E.C.

Avertissement

Depuis son origine ce site est tenu de façon entièrement bénévole par Emmanuel Cattier, à la demande initiale de la CEC. Les articles sont présentés et commentés pendant ses temps libres. Une fois fait, ce travail est aussitôt publié et peut être modifiés les jours suivants, notamment quand E.C. se relit encore ou que des membres du réseau de la CEC lui suggèrent des modifications souhaitables. C'est la conséquence d'une activité non professionnelle, qui permet de répondre assez vite à l'actualité en acceptant que des erreurs soient réparées le plus vite possible. Vous pouvez bien sûr faire des suggestions sur notre page contact.

Emmanuel Cattier continue de maintenir ce site internet malgré la décision de l'association Survie de mettre un terme aux travaux officiels de la Commission (quelques mois après la disparition de François-Xavier Verschave), au profit "de son groupe Rwanda" qui continue de faire du bon travail.

Les membres de la commission d'enquête citoyenne qui n'ont pas exprimé que son travail doit cesser considèrent de fait que tout citoyen, (militant, journaliste, militaire, homme politique, historien, magistrat) qui s'exprime librement ou professionnellement sur la question du génocide des Tutsi au Rwanda participe de fait à cette "enquête citoyenne", dont nous pensons que le but doit être que des responsables français soient jugés, ce dont ce site internet se fait l'écho.

Retour en haut de la page

Nouvelles France Rwanda

Informations et commentaires


Génocide des Tutsi au Rwanda : une plainte en France pour « élucider » la mort de deux militaires français

Le Monde - 9 avril 2024

La plainte de Survie et des familles des gendarmes Didot et Maïer et de l'épouse de Didot

Survie - 9 avril 2024

"Ce lundi 8 avril 2024, Maîtres Hector BERNARDINI et Jean SIMON ont déposé une plainte pénale contre X avec constitution de partie civile auprès du Doyen des juges d’instruction près le Tribunal Judiciaire de Paris, pour des faits de crime de guerre, homicide volontaire et usage de faux en écriture publique. Cette plainte, portée par des ayants-droits des victimes et par l’association Survie, vise à établir les responsabilités concernant la mort de deux gendarmes français et de l’épouse de l’un d’eux, à Kigali dans les premières heures du génocide des Tutsis.[...]


La vérité sur la mort des gendarmes Didot et Maïer et l'épouse de Didot au Rwanda en avril 1994 ?

Blog Emmanuel Cattier/ - 10 avril 2024

Un livre que les citoyens français ne doivent pas manquer

Le cri du falcon : un crime judiciaire d'état

  Bernard Maingain - mars 2024

"Kigali, 6 avril 1994. Le Falcon présidentiel est touché par deux missiles. Le génocide perpétré conte les Tutsi débute. Le juge français Bruguière s'appuie sur faux témoignages, fausses preuves, vraies manipulations afin d'inverser les rôles entre victimes et bourreaux. Vingt ans d'un thriller judiciaire raconté par l'avocat B. Maingain pour que le Cri du Falcon jaillisse dans toute sa vérité."

Présentation du livre à Kigali
(quelques problèmes techniques, il manque l'image dans les deux premières minutes et deux minutes sans son de 11 minutes à 13:10) :

Base de données France Génocide Tutsi - Lettre d’information no 4, 6 avril 2024

France génocide Tutsi - 6 avril 2024

Une relève rigoureuse de certaines questions en suspend concernant l'implication de la France dans le génocide des Tutsi..

Une question reste cependant omise : celle de l'informatisation en 1992 par des gendarmes français du fichier central des Personnes à Rechercher et à Surveiller. Cette informatisation fut mise à disposition de le gendarmerie rwandaise en octobre 1992, trois semaines après la diffusion publique de la définition de l'ennemi. Cette définition de l'ennemi fut retenue par l'envoyé spécial de la commission des Droits de l'Homme de l'ONU comme un des principaux éléments qui caractérisent le génocide des Tutsi du Rwanda. Le contenu de ce fichier est sujet à controverse, dans la mesure où il ne serait plus accessible. Mais des gendarmes rwandais que j'ai rencontrés en 2019 et qui avait travaillé au fichier central/CRCD m'ont affirmé qu'on y fichait notamment les familles de Tutsi suspectés d'avoir rejoint le FPR. Cf. Rwanda : les circonspections françaises oublieuses et inconséquentes

E.C. 7 avril 1994

Rwanda: la France qui «aurait pu arrêter le génocide», nouveau signe de réchauffement diplomatique

RFI - 5 avril 2024

"[...] ce qu'on observe, c'est qu'il y a eu un rapport d'historiens de la Commission Duclert qui a conclu à des responsabilités lourdes et accablantes de la France, qui a obtenu la communication de documents qui n'ont pas été donnés à la justice, ce qui est quand même un comble. C'est-à-dire que les historiens ont obtenu des documents classifiés alors que la justice, qui les a réclamés, ne les a pas obtenus. Et la justice, elle est là pour la vérité et pour les victimes »." Patrick Baudouin FIDH

Finalement Emmanuel Macron a renoncé à la phrase annoncée par son service de communication dans son discours prononcé. Ceux qui en étaient heureux sont frustrés, les révisionnistes (et négationnistes) s'en félicitent ou s'inquiètent de l’ambiguïté tracée.

La parole tue

Blog Emmanuel Cattier - 9 avril 20242024

Rwanda: Paul Kagame balaie la polémique sur les propos d’Emmanuel Macron sur le génocide des Tutsis

RFI - 8 avril 2024

Rwanda : l'Institut François-Mitterrand demande à Emmanuel Macron de "lever l'ambiguïté" sur sa position

France info - 8 avril 2024

30 ème commémoration du génocide des Tutsi à Paris

À l’occasion de la 30ème commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994, Ibuka France, en partenariat avec le Mémorial et la Ville de Paris, vous convie aux cérémonies du souvenir, le dimanche 7 avril 2024, ainsi qu’à l’ensemble des événements programmés de mars à juin 2024 sur le territoire français. Vous trouverez ICI notre programme sur l'ensemble des régions de France. Aussi, de nombreuses avant-premières et projections de films et documentaires sur le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 sont prévues au Mémorial de la Shoah. Lien vers le site du Mémorial de la Shoah

Strasbourg - Samedi 6 avril  2024

Colloque organisé par Survie Bas-Rhin - Samedi 6 avril  2024 de 13h45 à 21 heures

informations ici

Rwanda : la France "aurait pu arrêter le génocide" mais n'en a "pas eu la volonté", estime Emmanuel Macron

France Info - 4 avril 2024

Les manipulations extravagantes autour de l'attentat "signal déclencheur du génocide des Tutsi" et du juge Bruguière (pour se rafraîchir la mémoire !)

Partie 1 : Génocide des Tutsi du Rwanda : révélations sur le « scandale Bruguière

Afrikarabia - 30 mars 2024

Me Bernard Maingain : –" J’ai estimé, et mes clients aussi, qu’il fallait enfin lever le voile sur la réalité de ce dossier où tout fut manipulation et mensonge venant toujours du même clan des génocidaires et de leurs protecteurs ."

Ces protecteurs sont évidemment essentiellement français (journalistes, politiques, etc.)

"Très vite, l’opération d’enfumage portée par le chef mercenaire Paul Barril ne cessera de s’amplifier. Paul Barril est retrouvé à tout moment dans ce dossier."

Partie 2 : Génocide des Tutsi du Rwanda : une « Bible » de la haine raciale, livre de chevet du  juge français ?

Afrikarabia - 3 avril 2024

Partie 3 - Génocide des Tutsi du Rwanda : Ruzibiza, un mythomane dont deux universitaires français tiraient les ficelles

Afrikarabia  - 4 avril 2024

Partie 4 - Génocide des Tutsi du Rwanda : Un maître-espion du régime Habyarimana devenu le traducteur assermenté du juge

Afrikarabia  - 4 avril 2024

Génocide des Tutsi du Rwanda : Un maître-espion du régime Habyarimana devenu le traducteur assermenté du juge

- avril 2024

Human Right Watch exibe quelques unes de ses archives sur le génocide des Tutsi

HRW - avril 2024

Quelques un de ces documents permettront, une nouvelle fois, de remettre les pendules à l'heure.

Hutu et Tutsi au Rwanda : la construction d'une différence « raciale » avant le génocide

Florent Piton - 27 mars 2024

Un article très pertinent sur les réalités "Hutu-Tutsi".

Je reste cependant amusé par l’expression au début du deuxième paragraphe :

[...] il semble bien que de nombreux civils hutu, des hommes mais aussi parfois des femmes, aient participé aux bandes[...]

Ce constat est si solidement établi, que l'expression "il semble bien que" apparaît comme une figure de style ouvrant la porte à une relativisation. Peut-être Florent Piton a-t-il voulu éviter de braquer des lecteurs mal informés et trop persuadés du contraire ?

Génocide au Rwanda : Agathe Habyarimana intéresse toujours la justice française

VOA - 27 mars 2024

Les pouvoirs français semblent avoir peur de juger Agathe Kanzinga, veuve de Juvénal Habyrimana. Ils ont probablement peur d'un grand déballage. Dans ce cas pourquoi ne l'extradent-ils pas au Rwanda comme ce pays le demande.
Administrativement, en France c'est une personne sous perfusion politique et à l'isolement depuis 30 ans, qui a tout juste le droit d'aller faire ses courses avec un sac en plastique au Franprix du coin ! Pourtant de nombreux témoignages l'accablent. La veuve d'Habyrimana, représente un peu la mauvaise conscience présumée de la France, qui connaît la réalité exprimée par l'OFPRA et qui reste parquée dans l'ombre grise des services français de l'évitement.

France complice de génocide : plusieurs dossiers de Survie

Survie - 27 mars 2024

« La France face au génocide des Tutsi » : le constat glaçant de l’historien Vincent Duclert

La voix du Nord - 26 mars 2024

"[...]Mais Vincent Duclert a tenu à aller plus loin. « J’ai retrouvé des archives très importantes, que nous n’avions pas pu voir dans le cadre de la commission parce qu’on ne les avait pas identifiées ou parce qu’elles n’étaient pas dans le fonds d’archives. » Au cœur de ses recherches, notamment, le rapport Canovas. « Il avait servi en 1998 pour la mission parlementaire sur le Rwanda mais on ne l’a pas retrouvé dans les documents annexes et le bureau de l’Assemblée nationale a refusé que la commission voie ces archives. »"[...]

Le rapport Canovas, avril 1991, est un document très important, car il invite les état-major français et rwandais à s'inscrire dans la stratégie du recours à la défense civile, basé sur le constat de l'activité spontanée des populations civiles aux barrières pour traquer les Tutsi.

A ce sujet lire :

"Et notre coopération militaire devient de plus en plus concrète. Le rapport du colonel Canovas du 30 avril 1991 est éclairant de ce point de vue. Il propose au chef d’État-major de l’armée rwandaise « la mise en place de petits éléments en civil, déguisés en paysans, dans les zones sensibles, de manière à neutraliser les rebelles généralement isolés ».

Les militaires français instruisent et entraînent une armée totale­ment monoethnique dans un pays où se développe le racisme interethnique, où vont apparaître des branches extrémistes hutu dans les différents partis et des appels au génocide par la Radio des Mille collines.

Je crois qu’il y a eu une sous-estimation dramatique de la montée des dangers et du risque de génocide, de la part de la chaîne diplomatique et des services de renseignement, parallèlement à une coopération mili­taire trop engagée. Les militaires français ont en effet soutenu d’une manière très forte l’armée rwandaise hutu, en participant à l’élaboration des plans de bataille quotidiens, en étant partie prenante aux décisions, en faisant des contrôles aux portes des villes, en participant, au moins dans un cas, à des interrogatoires, etc."

Rwanda : traque des génocidaires rwandais

France 24 - 12 mars 2024

Génocide des Tutsis au Rwanda : Jean Glavany réagit

Le Point - 23 février 2024

L’Institut François-Mitterrand dans Le Point ... sur le révisionnisme

Blog Emmanuel Cattier/ - 23 février 2024

L'hebdomadaire Le Point avait publié le 11 janvier 2024 une interview de l’historien Vincent Duclert dans le dossier « Rwanda, genèse et leçons d’un génocide ». Le Point publie en réponse une lettre du président de l’Institut François-Mitterrand ainsi que la réponse de Vincent Duclert.

Dans sa réaction, Jean Glavany s'enfonce dans le superficiel, l'imprécision et l'inexactitude pour tenter de défendre la stratégie française au Rwanda. La réponse de Vincent Duclert en fin d'article à sa "réaction" est cinglante.

Pour reprendre l'expression de Jean Glavany, "les idiots utiles" [de Kagame] dont nous devinons qu'il nous met dans ce sac, les "idiots utiles" de François Mitterrand tentent de sauver leur idole. Mais pour cela, ils évitent de se confronter à la force des faits. Ils inventent des critiques formelles, sans soucis d'être toujours factuels. 

Je relève particulièrement ceci des propos de Jean Glavany : Lire la suite ...

"J'oscillais entre un espoir irréfléchi et une peur immense" : Beata Umubyeyi Mairesse raconte sa fuite du Rwanda

TF1 - 30 janvier 2024

Génocide au Rwanda - Nouvelle inculpation à Bruxelles pour crime de génocide au Rwanda

La libre Belgique - 30 janvier 2024

Saint-Cyr, à l’école de la Grande Muette

Ne pas Subir - 24 janvier 2024

"Ce livre, préfacé par l’historien Stéphane Audoin-Rouzeau et publié aux éditions Flammarion le 31 janvier 2024, est une excursion au cœur de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, celle qui forme les chefs militaires ainsi que leur silence.
D’un usage historique, le silence est devenu une culture dans l’armée française, et contraint tout débat quand notre société devrait pourtant se pencher sur sa propre sécurité.
" Lire la suite

Quel avenir pour la République démocratique du Congo ?

Colette Braeckman à Strasbourg 19 janvier 2024

20 heures Maison des Associations 1 A, place des Orphelins STRASBOURG

Sur Google Maps

conférence-débat organisée par Survie Bas-Rhin

Colette Braeckman sur Wikipédia

Notre dossier RDC

Le rôle de la France au Rwanda expliqué aux jeunes

Jeune Afrqique - janvier 2024

La propagande française de 1994 sur le Rwanda continue en 2024 sur France diplomatie

Blog Emmanuel Cattier/ - janvier 2024

Le génocide des Tutsi du Rwanda expliqué aux Français de tout âge

Afrikarabia - 5 janvier 2024

Papa, qu'est ce qu'on a fait au Rwanda ? La France face au génocide
Laurent Larcher, journaliste Afrique à La Croix, aux éditions du Seuil


L'autisme français

Reconnaître pour les autorités françaises "Des responsabilités lourdes et accablantes" dans le génocide des Tutsi au Rwanda et ne pas y voir une pertinence à devoir s'excuser !
C'est très édifiant pour nos jeunes générations auxquelles on prétend vouloir, parait-il, insuffler un esprit civique dont on se désole qu'ils l'aient perdu !!! Qui l'a perdu en vérité en France cet esprit civique ?

Pour nous, la complicité française dans le génocide des Tutsi, si on se base sur les accusations françaises envers les complices de terroristes qui ont tué des Français, est de même nature que celle de ces complices de terroristes : fourniture de moyens militaires, diplomatiques, de police intérieure contre les Tutsi, de facilitations diverses à un régime génocidaire dont les autorités françaises n'ignoraient pas les intentions génocidaires. Ces aides continuèrent pendant le génocide et même après. C'est clairement de l'intelligence avec les génocidaires rwandais.

En outre des interrogations demeurent à cause d'un faisceau d'indices sérieux sur une éventuelle participation française à l'attentat contre Habyarimana "déclecheur du génocide". Ce qui aggraverait le tableau.

Des faits graves demeurent "ignorés" dans le rapport Duclert.

Ceux qui réfutent ce qui est établi dans le rapport Duclert et qui continuent d'entretenir des mensonges destructeurs et regrettent le temps préhistorique d'une information plus bâillonnée


Journal Le Monde du 4 février 1964

⤿ Courrier de missionnaires du Rwanda du 15 janvier 1964

⤿ "Argumentaire" du pouvoir de 1964 pour justifier les massacres

⤿ Message du Président Kayibanda aux réfugiés rwandais du 11 mars 1964

~~~

A propos de la formation de la gendarmerie rwandaise

La formation de la gendarmerie rwandaise  par la France à partir de l'accord de coopération de 1975 (effective semble-t-il à partir de 1983 par la "mise sur pied" annoncée d'un "groupement de gendarmerie" selon une note d'un conseiller de Mitterrand de 1982) n'a absolument rien changé. Non seulement les assassinats ponctuels et massacres de Tutsi demeurèrent impunis de 1959 à 1994, mais la gendarmerie et l'armée rwandaises furent  les deux bras armés du génocide, avec des armes livrées par la France avant, pendant et même après le génocide. L'ambassadeur de France parlait de "rumeurs" à propos des massacres de Tutsi exécutés entre 1990 et 1993. Hubert Védrine essaya de faire croire en 2014 aux députés français (très crédules) que les armes livrées par la France n'auraient pas servi au génocide des Tutsi.


Le livre de Jacques Morel Jacques-Morel-La-France-au-coeur-du-genocide-des-Tutsi
" La France au coeur du génocide des Tutsi"
Présenté le 7 avril 2010
Izuba édition - L'Esprit frappeur
1500 pages... un volume et une qualité d'information exceptionnels
Infos France Rwanda dans quelques moteurs de recherche
 

^