1 février 2019 et jours suivants
2019-Ed108

Les actualités sont suivies de façon inverse chronologiquement, du plus récent en haut de page au plus ancien en bas de page
↪ Précédente page actualité du 1 janvier 2019
et jours suivants
- 2019-Ed107

Black Earth Rising - Juge Theodor  Meron - TPIR - Laurent Bucyibaruta - Racisme contre des députés de couleur : Laeticia Avia - Hervé Berville - Jean-François Mbaye



↪ Pages actualités depuis 2002

↪ Avertissement

Les rubriques permanentes

Regards d'artistes sur le Rwanda et le génocide des Tutsi

  • Mina Furaha

    Artiste rwandaise autodidacte dont plusieurs œuvres sont imprégnées du génocide des Tutsi et des exodes de populations
  • Shoah et Tziganes, Arméniens, Tutsi
    Francine Mayran, psychiatre et artiste, exprime les génocides du 20 ème siècle par des fresques et des portraits commentés
  • Bruce Clarke - Les hommes debout
  •  Artiste plasticien animant un projet collectif de peinture murale sur les lieux de mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda et des expositions tournantes sur le même thème ailleurs dans le monde
  • Photos du Rwanda
    Photos de Christian Lafitte

La justice en France

Contexte et éclairages divers

  • "Affaire Tarnac"
  • Une affaire qui illustre les "erreurs d’appréciations" dont sont capables les services d’enquête français et la crédulité des responsables face aux informations qu’ils leur présentent… Si en plus, comme dans le cas de l’implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda, ce sont ceux qui sont mis en cause qui fournissent les informations… C’est un gouffre de dérives assuré.

Le génocide n'est pas fini pour tout le monde.  Béatrice Mukamulindwa ne sait pas ce qui est advenu de ses trois enfants pendant le génocide. Elle les cherche toujours. Aucun élément ne lui permet d'avoir la certitude qu'ils seraient morts.

Le cas de Béatrice n'est pas isolé. Ces dernières années des enfants et des parents se sont retrouvés après 20 ans de séparation. Certains grâce à l'association qu'elle a créée :

Avertissement

Depuis son origine ce site est tenu par Emmanuel Cattier, de façon entièrement bénévole à la demande initiale de la CEC. Les articles sont présentés et commentés pendant ses temps libres. Une fois fait, ce travail est aussitôt publié et peut être modifiés les jours suivants, notamment quand E.C. se relit encore ou que des membres du réseau de la CEC lui suggèrent des modifications souhaitables. C'est la conséquence d'une activité non professionnelle, qui permet de répondre assez vite à l'actualité en acceptant que des erreurs soient réparées le plus vite possible. Vous pouvez bien sûr faire des suggestions sur notre page contact.

Retour en haut de la page

Nouvelles France Rwanda

Informations et commentaires

Le Gouvernement intérimaire rwandais dans la zone humanitaire Turquoise

Jacques Morel - 25 février 2019

Le général Lafourcade a publié un article sur le site France-Turquoise, intitulé "une exigence de vérité", dans lequel il affirme que seuls deux ministres du gouvernement intérimaire rwandais, responsables politiques du génocide, sont passés entre les mailles de l'opération Turquoise.

Jacques Morel analyse ces faits sur une douzaine de pages et de nombreuses références et montre que ce général est très loin de l'exigence de vérité . En réalité, selon des documents français et du TPIR, le Président du gouvernement intérimaire, le premier ministre et une douzaine de ministres sont passés, sous l'autorité des forces françaises, du Rwanda au Zaïre en toute connaissance de cause, au mépris de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948 et du chapitre VII de la charte de l'ONU sous le quel l'opération Turquoise était soumise dans la résolution 929 de son Conseil de sécurité.

Cela peut être exprimé en ces termes : complicité dans l'évasion des auteurs du génocide, "évasion" car ils auraient dû être arrêtés.

E.C. 25 février 2019

Rwanda, 1994. Que s'est-t-il passé à Bisesero ?

France Inter - 23  février 2019

«Black Earth Rising», regard ambigu sur la tragédie rwandaise

Libération - 15 février 2019

"Ajoutons que dans cette série tournée au Ghana (pour les scènes africaines), aucun des acteurs n’est rwandais. Aucun d’ailleurs ne ressemble à un Africain de la région des Grands Lacs. «Un peu comme si on avait tourné une saga suédoise au Portugal», note une Rwandaise sur Facebook. Mais, comme pour le reste, il faut le savoir pour le voir. Au fond, cette série ambiguë, mais bien ficelée, en dit plus long sur nos clichés et nos fantasmes que sur un génocide qui reste scandaleusement mal connu."

Rwanda - Alain Gauthier : « Le FPR n'a pas abattu l'avion du président Habyarimana »

Le Point - 14 février 2019

Hubert Védrine répond aux révélations de médias français

TV5 Monde - 12 février 2019

Rwanda : Hubert Védrine fait une présentation sourde des événements

Emmanuel Cattier blog de Mediapart - 15 février 2019

Le génocide des Tutsi: une conséquence de la surpopulation au Rwanda?

CPCR Alian Gauthier - 12 février 2019

Des académiciens peuvent dire des conneries grandioses dans des habits sublimes

EC Blog médiapart 12 févier 2019

[mise au point de France culture] Le génocide des Tutsi au Rwanda

France Culture - 21 février 2019

Génocide au Rwanda: révélations sur les mensonges de la France

Mediapart - 6 février 2019

Ne pas inverser les faits dans le génocide des Tutsi, petit rappel pour mieux informer Hubert Védrine sur le Rwanda

Guillaume Ancel - 11  février 2019

On peut se demander si la tentative de perquisition de Mediapart, tout à fait surprenante car croisée avec une démarche légale, ne concernait pas aussi le Rwanda... au prétexte d'une autre affaire. Nous n'y pensions pas hier, mais cette affaire de l’attentat du 6 avril 1994, déclencheur du génocide des Tutsi" menace de plus en plus de concrétiser une possible implication française. Or cette perquisition est intervenue, on le découvre aujourd'hui, trois jours avant la publication de cet article.

La note désigne les deux principaux cerveaux du génocide comme auteurs de l'attentat. Pourquoi donc Paris aurait bloqué ce type d'information pendant si longtemps ? Probablement pour éviter qu'on approfondisse cette piste et donc une probable complicité française. Cela reste une hypothèse, mais des indices la  balisent.

Si l'hypothèse d'une implication française dans l'attentat se confirmait, cela serait gravissime pour comprendre ce génocide et les outrances de l'ordonnance de Brugière, et d'une manière générale les innombrables manœuvres françaises qui tournent autour de cet attentat. Paris est l'épicentre des désinformations sur cet attentat. On remarque d'ailleurs que l'un des auteurs présumés de l'attentat, selon cet article, reste sous la main française. Il a résidé au foyer de la rue Macon à Strasbourg pendant plusieurs années et se trouve aux dernières nouvelles qui commencent à dater, dans le Nord de la France, s'il est toujours vivant, car il était à l'âge de la retraite il y a 25 ans.

E.C. 6 février 2019

Rwanda - Gal Bentégeat : « Avant même qu'elle se soit engagée, l'attitude de la France a été dénoncée »

Le Point - 7 février 2019

Génocide au Rwanda : une note confidentielle contredit la version française

France-Inter -  6 février 2019

"De l’attentat contre le président rwandais Habyarimana aux ventes d’armes illégales, la cellule investigation de Radio France et Mediapart révèlent de nouveaux éléments sur le génocide contre les Tutsis, qui a fait près d’un million de morts, à l’été 1994."

Le parquet de Paris a tenté de perquisitionner Mediapart

Mediapart - 4 février 2019

Cette affaire n'a évidemment rien à voir directement avec l'implication de la France dans le génocide des Tutsi. Mais elle illustre le fonctionnement plus ou moins souterrain de tentatives de bâillonnement de la manifestation de la vérité qui empoisonnent depuis longtemps le sujet de notre site. Nous devons donc nous associer à cette résistance de Médiapart pour la liberté de la presse. E.C. 5 février 2019



Journal Le Monde du 4 février 1964

↪ Courrier de missionnaires du Rwanda du 15 janvier 1964

↪ Propagande du pouvoir de 1964

↪ Message du Président Kayibanda aux réfugiés rwandais du 11 mars 1964

La formation de la gendarmerie rwandaise  par la France à partir de l'accord de coopération de 1975 (effective semble-t-il à partir de 1983 par la "mise sur pied" annoncée d'un "groupement de gendarmerie" selon une note d'un conseiller de Mitterrand de 1982) n'a absolument rien changé. Non seulement les assassinats ponctuels et massacres de Tutsi demeurèrent impunis de 1959 à 1994, mais la gendarmerie et l'armée rwandaises furent  les deux bras armés du génocide, avec des armes livrées par la France avant, pendant et même après le génocide. L'ambassadeur de France parlait de "rumeurs" à propos des massacres de Tutsi exécutés entre 1990 et 1993. Hubert Védrine essaya de faire croire en 2014 aux députés français (très crédules) que les armes livrées par la France n'auraient pas servi au génocide des Tutsi.


Le livre de Jacques Morel Jacques-Morel-La-France-au-coeur-du-genocide-des-Tutsi
" La France au coeur du génocide des Tutsi"
Présenté le 7 avril 2010
Izuba édition - L'Esprit frappeur
1500 pages... un volume et une qualité d'information exceptionnels
Infos France Rwanda dans les moteurs de recherche
english
Revoir les informations antérieures et nos rubriques d'archives

^