1 mars 2018 et jours suivants
2018-Ed98

Les actualités sont suivies de façon inverse chronologiquement,
du plus récent en haut de page au plus ancien en bas de page
Précédente page actualité du 1 février 2018
et jours suivants
- 2018-Ed97

CPCR - Laura Flessel - Guillaume Ancel - Bob Denard - Paul Barril - Robardey contre Cattier

Pages actualités depuis 2002

Avertissement

Les rubriques permanentes

La justice en France

Contexte

Avertissement

Depuis son origine ce site est tenu par Emmanuel Cattier, de façon entièrement bénévole à la demande initiale de la CEC. Les articles sont présentés et commentés pendant ses temps libres. Une fois fait, ce travail est aussitôt publié et peut être modifiés les jours suivants, notamment quand E.C. se relit encore ou que des membres du réseau de la CEC lui suggèrent des modifications souhaitables. C'est la conséquence d'une activité non professionnelle, qui permet de répondre assez vite à l'actualité en acceptant que des erreurs soient réparées le plus vite possible. Vous pouvez bien sûr faire des suggestions sur notre page contact.

Retour en haut de la page

Nouvelles France Rwanda

Informations et commentaires

Mars 2018 : éclosion de "crocus" de la vérité française

↪ Notre dossier Guillaume Ancel

↪ Dossier du journal Le Monde

à partir du 15 mars 2018

Rwanda : La France et le Front Patriotique Rwandais (FPR) dans la période 90-94

E.C. Club de Médiapart - 28 mars 2018

Louise Mushikiwabo - Relation France Rwanda

News press - 26 mars 2018

En février 2016 une quarantaine de parlementaires avaient exprimé au ministre des affaires étrangères leur volonté de participer aux commémorations du génocide des Tutsi. Rien n'avait suivi .... Voici le texte pour mémoire :

« Nous voulons nous unir aux Rwandais lors de la commémoration du génocide »

Le Monde Afrique 19 février 2016

Au format pdf

Dossier : Un dérapage grave de Natacha Polony sur France Inter le 18 mars réparé le 25 mars

France Inter - 25 mars 2018 (Liens et points de vue)

Un «hommage national» sera rendu à Arnaud Beltrame : portrait d’un officier d'exception

Le parisien - 24  mars 2018

Quand on se désole des compromissions de gendarmes français exigées par les autorités de l'époque dans leurs missions au Rwanda, cela met du baume au cœur de voir un gendarme aussi digne de la charte de la gendarmerie. Pourquoi faut-il des terroristes indignes de leurs peuples et de leurs familles pour révéler cela ?

Il rappelle d'autres sacrifices et notamment celui de Thierry Prungnaud, du GIGN, lors de la prise d'otage de passagers d'un avion à Marignane en 1994, miraculeusement sorti d'affaire après avoir pris plusieurs balles. Il a montré ensuite le même courage, moral cette fois, en prenant ses responsabilités concernant ses missions au Rwanda, par ses témoignages de ce qu'il a fait, vu et entendu, et que nos autorités cherchent encore à étouffer.

Quand on lit la biographie d'Arnaud Beltrame, on voit bien que cet homme ne s'est pas sacrifié sur un coup de tête. Il avait certainement mûri ce type de comportement éventuel dans de telles situations.

Aucune politique ne justifie la mort d'un seul homme.

E.C. 24 mars 2018

La réponse de Laurence Bloch, directrice de France Inter

Invitation à demande des excuses de la part de Natacha Polony

France inter - 23 mars 2018

"Sachez qu’à l’écoute de l’émission j’ai moi-même été profondément troublée par les propos de Natacha Polony que je connais bien et qui est une journaliste d’une parfaite intégrité. Je comprends et partage l’émotion que ces propos ont pu provoquer parmi les proches des victimes et dans la communauté rwandaise de France et il est évidemment impensable que des propos négationnistes soient tenus sur l’antenne de France Inter et acceptés comme tels" [...]"C’est la raison pour laquelle , en plein accord avec Natacha Polony et Ali Baddou , l’émission de Dimanche prochain reviendra sur ce moment tragique de l’histoire rwandaise et permettra , je l’espère ,de lever tout soupçon de négationnisme de la part de France Inter et de l’une de ses chroniqueuses."


Lettre ouverte au général Bruno Dary, président amical de la Saint Cyrienne

Ne pas subir Guillaume Ancel - 23 mars 2018

Harcèlement moral de jeunes filles au lycée militaire de Saint-Cyr : l’enquête édifiante de « Libération »

Le Monde - 23 mars 2018

"Extrêmement influents au sein de l’établissement, ces jeunes hommes gravitent dans la sphère catholique traditionaliste – ils assistent à la messe en latin le mercredi et le dimanche –, se disent souvent proches des milieux d’extrême droite et affichent ouvertement des positions contre les homosexuels ou l’avortement. Les filles sont traitées de « grosses », car elles ne seraient « juste bonnes qu’à être engrossées ». « Les filles de classe prépa sont le diable, des pestiférées, des voleuses de concours, des ennemis à éliminer », témoigne ainsi un « tradi » repenti." ["...] La direction de l’établissement qui, dans un premier temps, évoquait de simples « blagues potaches », remue depuis ciel et terre pour étouffer l’écho médiatique qu’à reçu l’affaire révélée par Libération. « Ici, on laisse les filles se faire opprimer et on ne sanctionne jamais les bourreaux », déplore une ancienne élève du lycée militaire."

Un si beau diplôme !  - dernier livre de Scholastique Mukasonga

Gallimard - mars 2018

« Monsieur le président, mettez en œuvre la transparence sur le rôle de la France au Rwanda »

Le monde - 21  mars 2018

"[...]L’opacité demeure donc la règle, habillée de différents artifices juridiques et politiques brandis comme autant d’obstacles à la vérité. L’enjeu est pourtant majeur : rien de moins que stopper enfin le négationnisme, qui continue sordidement son œuvre en France vingt-quatre ans après le génocide, en refusant aux victimes et à leurs proches le droit de savoir, et ainsi le droit d’être considérés dans leur pleine humanité. Il s’agit également de permettre aux citoyens français de comprendre quelle politique fut menée en leur nom et en vertu de quels mécanismes institutionnels de la Ve République.[...]"

Vers une amélioration des relations Rwanda-France?

Mondafrique- 16 mars 2018

En marge du sommet de l’Alliance solaire internationale de New Delhi, coprésidé par l’Inde et la France, les présidents Paul Kagame et Emmanuel Macron se sont rencontrés, le 11 mars 2018, pour la troisième fois en six mois.


Les réponses stupéfiantes du journal Le Monde dans un "chat" avec ses lecteurs

Ce chat du 15 mars 2018 met en lumière que Christophe Ayad a parfois des réponses surprenantes, approximatives, voire complètement fausses sur l'implication françaises au Rwanda et le Rwanda.

Rwanda: l’école francophone Saint-Exupéry à Kigali

RFI - 10 mars 2018

Dans "Femmes du Rwanda", Sonia Rolland met en lumière la place centrale des femmes dans leur pays

France Info - 9 mars 2018

L'association Survie a actualisé son rapport sur Bob Denard en intégrant un fait stratégique particulièrement significatifs...une note du général Quesnot.

Rwanda : dans un livre à paraître, un ancien officier français brise l’omerta sur l’opération Turquoise

Jeune Afrique - 7 mars 2018

Quatrième de couverture de Rwanda la fin du silence :

"Au lourd secret qui entoure le véritable rôle de la France et de son armée lors du génocide des Tutsi au Rwanda, Guillaume Ancel oppose la vérité de ses carnets de terrain, témoignage des missions auxquelles il a participé durant l’opération Turquoise. La fin du silence est aussi le récit du combat mené par cet ancien officier pour faire savoir ce qui s’est réellement passé durant cet été 1994 et « rendre hommage, dignement, aux centaines de milliers de victimes rwandaises que nous n’avons pas su empêcher. »
Officier de la Force d’action rapide, détaché au sein d’une unité de la Légion étrangère, le capitaine Ancel mène avec ses hommes des opérations d’extraction de personnes menacées. Sous couvert d’une opération humanitaire destinée à mettre fin aux massacres, cet officier comprend vite que la France soutient le gouvernement génocidaire rwandais dont elle a formé l’armée. Il décrit les errements de l’armée française, ballotée au gré de décisions politiques dont les motivations sont toujours tenues secrètes, les archives officielles restant inaccessibles. Ce témoignage dévoile également certains épisodes méconnus de cette opération « humanitaire » durant laquelle l’armée française a tué. Parfois pour défendre, parfois pour des raisons moins avouables."

↪ Notre dossier Guillaume Ancel

Une leçon pour la France : la Belgique fait face à ses responsabilités dans le génocide des Tutsi au Rwanda et amène devant les tribunaux des représentants de l’État belge et ses chefs d’état-major de l'époque...

.... et pourtant les responsabilités belges sont bien moins grandes que celles des responsables français dans le génocide des Tutsi. Cela souligne que la négation française de son implication est particulièrement violente, à tous les niveaux : politiques, militaires et même juridiques puisqu'en novembre 2017 la justice française a refusé d'auditionner les chefs d'état-major français dans une affaire qui touche à la stratégie française pendant l'opération turquoise. Monsieur le Président de la République française, nous sommes désolés de rappeler que la justice française ne semble pas vraiment indépendante dans les affaires qui touchent à l'implication française dans le génocide des Tutsi.

Ici, il s'agit devant les tribunaux belges, dans un procès en appel, de l'abandon par les casques bleus belges de 2000 réfugiés Tutsi à l'ETO (une école rwandaise) suite au retrait belge de la force de l'ONU (MINUAR) quelques jours après le début du génocide, et qui furent aussitôt massacrés par les miliciens hutu. Mais l'armée française est aussi responsable de cette affaire comme le rappelle Jacques Morel dans son livre La France au coeur du génocide des Tutsi :

"En plein bain de sang, l’ambassadeur de France fait pression sur les autorités belges pour que pas plus de 250 soldats belges ne débarquent à Kigali, afin de ne pas affecter « notre crédibilité vis-à-vis des FAR ». De nombreuses unités des FAR, les Forces armées rwandaises, sont à ce moment-là occupées à massacrer. Ainsi, aux yeux de l’ambassadeur de France, il est plus important de garder notre crédibilité vis-à-vis des tueurs que de collaborer avec les Belges qui étaient prêts, au début, à intervenir contre les massacres.

Les soldats belges de l’opération Silver Back, finalement débarqués le 10 [avril], se trouvent bloqués à l’aéroport toute la journée du 11. Ce jour-là, les Casques-bleus belges de la MINUAR quittent l’École technique officielle de Kicukiro (ETO) pour se regrouper à l’aéroport, ce qui provoque le massacre de plus de 2 000 Tutsi qui s’étaient placés sous leur protection. L’ONU est accusée de cet abandon. Mais les troupes françaises sont tout autant responsables de ce massacre que les Casques-bleus belges, le colonel Luc Marchal, le général Dallaire et les responsables de l’ONU à New York. En effet, des militaires français sont passés deux fois à l’ETO, le 11 au matin. Lors de leur deuxième passage pour évacuer des étrangers, ils ouvrent la route aux Casques-bleus belges qui profitent de leur venue pour quitter ce cantonnement. Les militaires français sont en particulier directement responsables de l’abandon de Boniface Ngulinzira, l’ancien ministre des Affaires étrangères et négociateur des Accords d’Arusha, qui leur avait demandé, à leur premier passage, de l’évacuer."

(Morel, La France au cœur du génocide des Tutsi, page 1289 de la version du 20 décembre 2017 à télécharger vous y trouverez les notes de bas de page avec les références)

Génocide des Tutsis au Rwanda : quelle est la responsabilité de la Belgique dans le massacre de l’ETO ?

Jeune Afrique - 1 mars 2018

"Le 8 décembre 2010, le tribunal de première instance de Bruxelles rend son jugement. La prescription des faits, invoquée par les avocats de l’État belge, est rejetée. Et le jugement désavoue Bruxelles sur un point clé : « La décision d’évacuer l’ETO est une décision [qui a été] prise sous l’égide de la Belgique, et non de la Minuar », considèrent alors les juges, à l’inverse de ce que plaidait la défense."

Rwanda : la Belgique face à son histoire

RTL - 2 mars 2018

Rwanda: Génocide: l’Etat belge sera-t-il condamné ?

La libre Belgique Afrique- 2 mars 2018

Génocide [rwandais des Tutsi] : l’Etat belge amené à la barre par des survivants

RFI - 2 mars 2018

Voir aussi le film Shooting dogs

Génocide des Tutsi, l'imposture

Jean-Pierre COSSE L'Harmattan - 1 mars 2018

Après Alain Juppé et le Rwanda ce livre, plus synthétique selon l'auteur, dénonce l'attitude d'Alain Juppé pendant le génocide des Tutsi, alors qu'il était ministre des affaires étrangères dans le gouvernement de cohabitation dirigé par Edouard Balladur. La diplomatie française fut mise en cause entre autre par notre commission en 2004, et Alain Juppé en était le patron. Fidèle à son célèbre "droit dans mes bottes" il refuse cette lecture des faits qui est pourtant sans appel. Selon lui, il aurait été le premier à parler de génocide. Certes il l'a dit, mais il y a le reste !

C'est la diplomatie française qui par exemple fut en pointe à l'ONU pour protéger le représentant du Rwanda qui siégeait alors au conseil de sécurité en plein génocide exécuté par son gouvernement ou que seuls les faits commis au Rwanda dans la seule année 1994 soient pris en compte dans les crimes des génocidaires et de leurs complices, lorsqu'on constitua le tribunal pénal international pour le Rwanda. Cela protégea de fait les responsables français de toute accusation juridique concernant leur implication profonde dans la période de préparation du génocide de 1990 à 1994 au Rwanda. Cette restriction temporelle facilita plusieurs acquittements, scandaleux aux yeux des rescapés et une difficulté à cerner juridiquement les éléments de préparation du génocide. Cela fut accompli en toute connaissance de cause, puisque les responsables français ont rapporté aux députés français que les chefs d’état-major de la gendarmerie et de l'armée rwandaise  leur avaient exprimé dès 1990 leur intention de génocide : "Ils [les Tutsi] sont très peu nombreux, nous allons les liquider". Cette phrase est écrite entre guillemets dans le rapport des députés français.

On ne soutient pas diplomatiquement et militairement un pays dont les chefs d'état-major s'expriment ainsi ! C'est entre autre là que réside l'imposture française. E.C.

  • Point de vue de Pierre Conesa sur le ministère des affaires étrangères à l'époque :

"Ma conclusion est que le processus hiérarchique, à l’Elysée, filtrait la réalité. Le canal d’informations faisait que les notes n’étaient jamais mises directement sur le bureau du président. Mon sentiment est que c’était une crise « annonçable », même si personne n’avait idée de l’ampleur des massacres à venir. De ce point de vue, la DGSE a fait ce qu’il fallait pour attirer l’attention, la DRM un peu moins et les affaires étrangères pas du tout."


Journal Le Monde du 4 février 1964

↪ Courrier de missionnaires du Rwanda du 15 janvier 1964

↪ Propagande du pouvoir de 1964

↪ Message du Président Grégoire Kayibanda aux réfugiés rwandais 11 mars 1964

La formation de la gendarmerie rwandaise  par la France à partir de l'accord de coopération de 1975 (effective semble-t-il à partir de 1983 selon une note d'un conseiller de Mitterrand) n'a absolument rien changé. Non seulement les assassinats ponctuels et massacres de Tutsi demeurèrent impunis de 1959 à 1994, mais la gendarmerie et l'armée rwandaises furent  les deux bras armés du génocide, avec des armes vendues par la France avant, pendant et même après le génocide. L'ambassadeur de France parlait de "rumeurs" à propos des massacres de Tutsi exécutés entre 1990 et 1993. Hubert Védrine essaya de faire croire en 2014 aux députés français (très crédules) que les armes vendues par la France n'auraient pas servi au génocide des Tutsi.


Le livre de Jacques Morel Jacques-Morel-La-France-au-coeur-du-genocide-des-Tutsi
" La France au coeur du génocide des Tutsi"
Présenté le 7 avril 2010
Izuba édition - L'Esprit frappeur
1500 pages... un volume et une qualité d'information exceptionnels
Infos France Rwanda dans les moteurs de recherche
english
Revoir les informations antérieures et nos rubriques d'archives

^