1 décembre 2017 et jours suivants
2017-Ed95

Précédente page actualité du 1 novembre
et jours suivants
- 2017-Ed94

Louise Mushikiwabo - Emmanuel Macron - Paul Kagame - amiral Lanxade -  général Germanos - Bisesero - opération Turquoise - Claude Muhayimana - Munyeshyaka - Jean-Paul Kimonyo - 6 avril 1994 - attentat

Pages actualités depuis 2002

Avertissement

Depuis son origine ce site est tenu par Emmanuel Cattier, de façon entièrement bénévole à la demande initiale de la CEC. Les articles sont présentés et commentés pendant ses temps libres. Une fois fait, ce travail est aussitôt publié et peut être modifiés les jours suivants, notamment quand E.C. se relit encore ou que des membres du réseau de la CEC lui suggèrent des modifications souhaitables. C'est la conséquence d'une activité non professionnelle, qui permet de répondre assez vite à l'actualité en acceptant que des erreurs soient réparées le plus vite possible. Vous pouvez bien sûr faire des suggestions sur notre page contact.


Les rubriques permanentes

La justice en France

Nouvelles France Rwanda

Informations et commentaires

Attentat contre le président rwandais en 1994: la justice française a clos son enquête

Le Point - 21  décembre 2017

Attentat contre le président rwandais Habyarimana : l'information judiciaire close

Libération - 21 décembre 2017

Clos mais probablement ré-ouvert bientôt par l'envoi d'un nième témoin bidon par l'intermédiaire d'un barbouze quelconque...comme c'est déjà arrivé plusieurs fois, ou manipulé comme les deux principaux premiers témoins. Un noyau extrémiste français ne supporte pas la fin de cette instruction qui a raté les objectifs qu'il espérait.

Si par hasard (!) l'enquête restait close, il resterait à la justice de décider de la suite de cette affaire.

Néanmoins cette enquête fut très probablement obstruée par l'armée française qui, à notre connaissance, n'a pas communiqué à la justice les pièces à conviction, prélevées sur les lieux du crash selon toute vraisemblance par le, devenu, général Grégoire de Saint-Quentin. La boite noire ne contient pas les auteurs de l'attentat, mais elle contient des paramètres de vol utiles. Parmi ces pièces prélevées, plus intéressant aurait été de transmettre des débris de missiles...pour déterminer par exemple s'ils s'agissait d'un missile Mistral français ou d'un missile russe SAM 16, comme la propagande l'a répété à l'envie en France.

Jean-Paul Kimonyo, politologue : « Le FPR s’est imposé par sa manière de promouvoir l’avènement d’un “nouveau Rwandais” »

Jeune Afrique - 19 décembre 2017

Affaire Habyarimana: «La justice française s'acharne», selon Olivier Nduhungiréhé

RFI - 18 décembre 2017

Le Rwanda, une épreuve de vérité pour la politique africaine d’Emmanuel Macron

Le carnet de Colette Braeckman - 13 décembre 2017 dans le Soir de Bruxelles

Le plus jeune des avocats du Watergate

chargé d'attaquer des responsables français en justice

Mise à jour et diverses clarifications le 17/12/2017 - A propos du silence des médias français voir plus bas ....

Le Rwanda fait appel à un cabinet d’avocat américain pour enquêter sur le rôle de la France pendant le génocide

Jeune Afrique - 13 décembre 2017

 L’avocat du Watergate attaque la France

Le carnet de Colette Braeckman - 13 décembre 2017 à Lire aussi dans Le Soir (Belgique)

"[...] l’ambassadeur du Rwanda en France a remis à Philippe Etienne, conseiller diplomatique du président Macron, une « lettre empreinte de franchise »[...]"

Ce rapport préliminaire pointe nommément  le rôle de responsables français sur lesquels il convient de mener une enquête judiciaire. Il repose uniquement sur des informations publiques parfaitement connues.

Le ministère français des affaires étrangères botte en touche

Rwanda - Q&R- Extrat du point de presse (14 décembre 2017)

France diplomatie - 14 décembre 2017

Le ministère se dit peu surpris du contenu du rapport ( évidemment) et affirme, selon ce qu'il qualifie être une "inexactitude", que la justice française fait tout pour juger les personnes impliquées dans le génocide vivant en France ...et qu'il est inexact de dire le contraire.

Langue de bois : D'une part le fait que la France ferait tout pour juger les présumés  génocidaires est à raison très controversé, le pôle génocide fut créé tardivement et manque de moyens ... et surtout elle ne fait rien  pour juger les "présumés" complices français, principal objet du rapport Muse. Par exemple dans l'affaire Bisesero, elle refuse en 2017 d'auditionner des officiers parisiens... pour des plaintes déposées en 2005 !

48 heures après la publication de l'information,
silence assourdissant des médias français (sauf Jeune Afrique)

"La France a un problème dans son rapport à la vérité" disait (approximativement) Emmanuel Macron pendant sa campagne électorale. Cela se confirme... Comment arrive-t-on à museler ainsi la quasi totalité des rédacteurs en chef d'un pays sur une information ? Qui va briser ce mur de verre ?

Le lendemain, ce silence pouvait signifier deux choses : une volonté d'étouffement parfaitement suivie par les rédacteurs en chef, y compris de journaux comme Médiapart ou l'Humanité, ou alors une dimension nouvelle que les médias voulaient peser avec précaution avant d'écrire... et peut-être les deux "en même temps" !

Mais au bout de 48 heures il est clair que les rédacteurs en chef français sont muselés par une contrainte. On pense évidemment au "chef suprême des armées". Mais quel levier utiliserait-t-il pour arriver à ce résultat ? Cela pose (à nouveau) un vrai problème de confiance dans nos médias et dans notre classe politique... et c’était déjà ce problème, parmi d'autres, qui avait favorisé la complicité de la France dans le génocide des Tutsi.

On tourne en rond. Emmanuel Macron pourra-t-il encore nous surprendre sur ce sujet ? Est-il lui aussi pieds et poings liés ? Si c'est le cas ce ne peut être que par notre Etat-major militaire ...

(4 jours après idem !)

Interrogé par l'un d'entre nous, le "check news" de Libération s'explique

Lire la réponse détaillée de Libération (15/12/2017)

Un bel effort dans la réponse, mais qui reflète que le fond du problème n'est pas pris en compte par les médias français. Il y a un changement de niveau stratégique dans cette affaire. De plus on ne relève pas la langue de bois du Quai d'Orsay. Ce silence est inacceptable de la part des médias. Une belle illustration du "consensus mou" qui aurait favorisé l'implication française dans le génocide des Tutsi selon Olivier Lanotte.

Cette réponse de Libération ne peut pas expliquer les choses pour tous les médias. Les rédactions des grands organes français suivent aussi les fils des agences de presse des autres pays et ont leurs correspondants à l'étranger. Mais il est intéressant de noter l'évocation du rôle de l'AFP :

"L’Agence France Presse (AFP),[...] n’en a par ailleurs pas publié sur le sujet. Contacté par Checknews, le rédacteur en chef du service Afrique de l’AFP livre une analyse similaire : «De fait, ce rapport n’apporte rien. C’est un résumé des épisodes précédents qu’on connaissait déjà. En plus, il a été payé par le gouvernement rwandais donc il n’est pas étonnant qu’il reflète leur point de vue.»

Or, le fil de l’AFP est une source importante pour beaucoup de médias français ne disposant pas de correspondants à l’étranger. Sans dépêche, beaucoup de journaux sont susceptibles de passer à côté de certaines informations, surtout lorsqu’elles ne présentent que peu d’intérêt comme celle-là, et ne remontent donc pas jusqu’à leurs journalistes."

L'explication de l'AFP est légère. Il serait donc intéressant de connaître la véritable raison, et son canal précis, du silence de l'AFP dans cette affaire...  L'AFP est financé à hauteur de 40 % par les abonnements des services publics français.

Les médias étrangers n'ont pas du tout la même perception de cette information.  On repense à la fameuse "erreur d'appréciation" qui a entraîné la France dans l'erreur à propos du génocide selon les députés en 1998 et le Président de la République en 2010.

Voir ci-dessous les réactions de médias étrangers :

Autres infos étrangères sur ce sujet :

L’avocat du Watergate attaque la France

Le carnet de Colette Braeckman - 13 décembre 2017 à Lire aussi dans Le Soir (Belgique)

Génocide des Tutsis au Rwanda : un rapport accable la France

EURONEWS (consortium international à dominante égyptienne et américaine) - 14 décembre 2017

Oficiales franceses habrían colaborado en genocidio en Ruanda

Telesur - 13 décembre 2017

Un rapport rwandais accuse la France d'avoir contribué au génocide de 1994

La Presse Canada - 13 décembre 2017

Rwanda Accuses France of Complicity in 1994 Genocide

The New York Times- 13 décembre 2017

Rwanda : le rôle français dans le génocide en question

BBC Afrique- décembre 2017

Rwanda urges France to admit alleged complicity in 1994 genocide

Financial Times - 13 décembre 2017

French officials accused of 'complicity' in Rwanda genocide

CNN - 13 décembre 2017

Rwanda-backed report alleges France's role in 1994 genocide

Fox News/Associated Press - 13 décembre 2017

New report links France to Genocide in Rwanda

The new Times- 13 décembre 2017

A francia kormány bűntárs a ruandai népirtásban

Godala.hu - 14 décembre 2017

News aus Deutchland

Où faut-il chercher la défense de la France ? chez un rwandais proche des milieux de l'ancien régime (regardez bien les illustrations) :

Rwanda-France : La justice coincée  entre chantage  et realpolitik ?

Echos d'Afrique - 15 décembre 2017

Comme Pierre Péan et certains officiers et politiques français, il organise tous les événements pour que Kagame soit perçu plus criminel et plus manipulateur que les génocidaires. Il s'agit de justifier  ainsi la lutte de la France contre Kagame, au mépris du génocide des Tutsi, comme étant plus saine que celle contre les génocidaires avérés et pourtant jugés comme tel. Tout ce qui ne va pas dans le sens de cette idéologie néo-génocidaire est perçu comme un complot organisé pour sauver un "dictateur criminel".

A notre sens, comme la plupart des chefs d'Etat, Paul Kagame n'est pas plus criminel que les présidents de la cinquième république. Rappelons qu'environ 400 morts politiques sont à déplorer sur le territoire français depuis de Gaulle ...dont 200 algériens jetés dans la Seine sous les ordres de Maurice Papon... Sont protégés par le secret d’état les assassinats de Ben barka, des dizaines d'opposants africains, Robert Boulin, peut-être aussi les "suicides" de Pierre Bérégovoy, de François de Grossouvre (7 avril 1994 à l'Elysée), etc ...sans parler des centaines de milliers de morts africains sous les ordres ou en relations avec les forces armées françaises, dont des dizaines de coup d'Etat sanglants, des massacres de masse et assassinats directs  notamment en Algérie, au Cameroun, à Madagascar, en Côte d'Ivoire (2004 !) ou des complicités dans des massacres et assassinats comme au Tchad, au Congo, ou au  Rwanda de 1990 à 1994, et n'oublions pas non plus la complicité, au moins, dans la protection des assassins du juge Borel à Djibouti ... De façon plus large, nous ne détaillerons pas non plus notre histoire sanglante, dont le génocide des Vendéens sous la révolution, et les massacres sous l'empire.  Si au niveau européen, nous rappelons  les 60 millions de morts des deux guerres mondiales ... l'Afrique fait pâle figure dans ce tableau sordide !


E.C. 13-17 décembre 2017

Archives françaises de l'implication dans le génocide des Tutsi : le verrou militaire et le verrou politique ne font qu'un, contrairement à ce qu'on veut nous faire croire

Le chercheur François Graner et l’association Survie apportent à la gardienne des archives Mitterrand la clé du « deuxième verrou »

Survie - 13 décembre 2017

Justice. Le masque hypocrite du secret-défense

L'Humanité - 14 décembre 2017

Archives de l’Elysée sur le Rwanda : « Le verrou militaire a sauté, mais pas le politique »

Le Monde - 14 décembre 2017

Dans la guerre de l'information, à laquelle notre armée est rompue, il est difficile d'affirmer que tous les militaires agissent sous uniforme. Il y a des militaires en civils qui peuvent donner l'impression que c'est le politique qui bloque... Au plus haut niveau de l'Etat le képi est remplacé par un col blanc. Le verrou militaire et le verrou politique ne font qu'un. Si un légataire nommé par un ancien chef suprême des armées peut prolonger son autorité au delà de sa mort... on aboutit à cette situation ubuesque. et dans les consignes que ce légataire aurait reçues peut-être doit-il en référer à l’état-major des armées ... ?

France/Rwanda: la Cour européenne des droits de l’homme saisie sur les archives Mitterrand de l’époque du génocide

La Libre Belgique - 13 décembre 2017

Rwanda : le ministre James Kabarebe décline la convocation du juge français en charge de l’instruction sur l’attentat du 6 avril 1994

Jeune Afrique - 12 décembre 2017


Journal Le Monde du 4 février 1964

Le livre de Jacques Morel Jacques-Morel-La-France-au-coeur-du-genocide-des-Tutsi
" La France au coeur du génocide des Tutsi"
Présenté le 7 avril 2010
Izuba édition - L'Esprit frappeur
1500 pages... un volume et une qualité d'information exceptionnels
Infos France Rwanda dans les moteurs de recherche
Revoir les informations antérieures et nos rubriques d'archives

^