1 août 2015 et jours suivants
2015-Ed69

Précédente page actualité du 1 juillet  2015
et jours suivants
- 2015-Ed68

Kagame-Hollande - extradition - Bagabo

Avertissement

Depuis son origine ce site est tenu par Emmanuel Cattier, de façon entièrement bénévole à la demande initiale de la CEC. Les articles sont présentés et commentés pendant ses temps libres. Une fois fait, ce travail est aussitôt publié et peut être modifiés les jours suivants, notamment quand E.C. se relit encore ou que des membres du réseau de la CEC lui suggèrent des modifications souhaitables. C'est la conséquence d'une activité non professionnelle, qui permet de répondre assez vite à l'actualité en acceptant que des erreurs soient réparées le plus vite possible. Vous pouvez bien sûr faire des suggestions sur notre page contact.

Les rubriques permanentes

La justice en France

Nouvelles France Rwanda

Informations et commentaires



Inauguration stèle (21 septembre): Dijon se rétracte?

Ibuka Montargis 30 août 2015

Rwanda, un génocide en héritage - Jean Hatzfeld

France inter 27 août 2015

Dans ce dernier livre, "un papa de sang",Jean Hatzfeld touche du doigt un vrai sujet, celui des enfants de la génération qui a vécu le génocide.

Mais, dans cette émission, il continue de parler d'ethnies là où l'idéologie ethniste fut hypertrophiée par le clivage politique qui conduisit au génocide. Hutu et Tutsi sont d'abord des professions - agriculteurs et éleveurs- qu'il faudrait percevoir un peu comme les confréries de métiers traditionnels, qui se rassemblaient dans des clans sous l’autorité des mêmes "mwami". Mais ces entités sociales restent des ethnies pour Jean Hatzfeld alors qu'il témoigne lui-même que ces gens vivent ensemble sur les collines, parlent la même langue, travaillent ensemble, vont dans les mêmes lieux d'enseignement et de culte, se marient entre eux parfois. En France aussi on a toujours trouvé des gens pour vouloir empêcher que des mariages aient lieu, entre milieux populaires et milieux bourgeois par exemple, ou entre personnes de deux villages voisins... Est-ce qu'on parle d'ethnie pour autant ? Ici la mémoire du génocide est évidemment devenue très pesante et clivante, mais elle n'empêche pas tous les mariages entre enfants de familles Hutu, qui ne furent pas toutes criminelles, et de familles de rescapés. Les choses sont d'ailleurs beaucoup plus compliquées dans les familles issues des deux "confréries", ce dont il ne parle pas ici.

Mise à part cette indigence ethnologique de charbonnier, qui, si l'on y prend garde, pourrait avoir le mauvais oeil d'entretenir une méconnaissance grave de certains tenants et aboutissants du génocide et de son idéologie, surtout dans son environnement international et français, ce qu'il dit de l'aspect endogène du génocide dans ses livres précédents, et ici des enfants des tueurs et des rescapés, semble très pertinent, tel qu'il en parle dans cette émission, et ressemble à ce que nous connaissons et vivons pour ceux qui ont des enfants marqués par cette histoire. C'est donc très probablement un livre à lire... et probablement écrit avec autant de talents que ses quatre livres précédents, témoignages des acteurs et rescapés du génocide des Tutsi.

E.C.

Incrédulité et stupéfaction chez les accusateurs de l’abbé Munyeshyaka

Jeune Afrique 20 août 2015

Wenceslas Munyeshyaka est une des principales énigmes symboliques  du comportement chaotique de la justice française et de celle du TPIR. Ce prêtre, poursuivi par le TPIR, a fait aussi l'objet d'une plainte en France depuis 1995. La justice française a traîné les pieds sur ce dossier. La France a été condamnée par la CEDH pour la lenteur de sa procédure en 2004. Au prétexte de la fin de ses travaux, le TPIR, sous l'autorité du Conseil de sécurité de l'ONU dont la France est l'un des cinq membres permanents ayant un droit de veto - faut-il le rappeler ? -  s'est dessaisi de sa procédure aux bons soins de la justice française et aujourd'hui le parquet, sous l'autorité de Christiane Taubira qui a pourtant toujours fait preuve d'une meilleure connaissance du dossier rwandais que ses pairs, demande l'abandon des poursuites !!!

Pourtant les témoignages contre ce prêtre, qui justifie dans des vidéos de l'époque des faits son port d’armes en bandoulières, sont nombreux. Ce ne sont pas des rumeurs. Il a sauvé la vie de sa mère tutsi et de deux ou trois jeunes filles en les conduisant à l'hôtel des mille collines, mais il aurait aussi participé au travail des miliciens notamment en participant à des réunions de planification d'opération génocidaires, remis des Tutsi aux miliciens, commis et fait commettre des viols de femmes Tutsi.

Ce prêtre semble pourtant traité par les autorités françaises comme s'il s'agissait d'un fonctionnaire en service commandé. Tout est étrange dans l'histoire de ces procédures. Au moment du génocide, ce prêtre venait d'avoir une vocation tardive après avoir commencé sa vie active "normalement", puis, selon d’autre prêtres rwandais, suivi une formation de prêtre en circuit accéléré. Il n'a pas le bagage traditionnel des prêtres. Si on avait voulu infiltrer l’Église catholique, cela aurait été la filière idéale et cet homme, aujourd'hui plein d'aplomb, et même d’arrogance, malgré les graves accusations dont il fait l'objet, en a le profil adapté. N'oublions pas non plus le contexte de l'Eglise rwandaise, très politisée, dont l'archevêque de Kigali avait dû démissionner de son poste de membre du comité central du MRND, parti du Président Habyarimana, sur l'injonction de Jean-Paul II lors de sa visite de 1990 au Rwanda.

Le parquet fait preuve d'un esprit très partisan dans cette affaire. Finalement l'énigme n'en est pas une. Wenceslas Munyeshyaka est manifestement protégé par l’État français. Pour quoi ? Pour cacher quoi ? Pour rassurer qui ?

EC

Karake: le Rwanda se réjouit de la décision de Londres

Le Figaro 11 août 2015

Voir notre page actu de juin 2015

Rwanda : et si Kagamé était un cygne noir ?

Jeune Afrique 10 août 2015

Un progrès juridique (peut-être) en cours en France dans la lutte contre l'apologie du crime de génocide

Conséquence de l'affaire du sketch de Canal+

La communauté rwandaise de France obtient satisfaction devant la Cour de cassation qui accepte sa demande de transmettre sa "question Prioritaire de Constitutionnalité" au Conseil Constitutionnel.

Selon l'avocat de CRF, Maître Richard Gisagara, dans un mail communiqué à la présidente de la CRF et transmis à la diaspora rwandaise :

"la Cour contredit le Juge d'instruction de Paris qui avait cru pouvoir rejeter notre plainte au motif que l'apologie du génocide commis contre les tutsi ne serait pas punie par la loi française. Il ressort clairement des motifs énoncés par la Cour de Cassation que celle ci considère, comme nous l'avons soutenu, que le génocide perpétré contre les tutsi est protégé par la loi française contre l'apologie au même titre que la Shoah ou les autres crimes contre l'humanité commis durant la 2ème guerre mondiale."

"... la Cour considère, comme nous l'avons soutenu, qu'il est discriminatoire et donc contraire à la Constitution française, le fait de ne pas permettre aux associations défendant les intérêts des rescapés/victimes du génocide perpétré contre des tutsi de pouvoir exercer les mêmes droits, c'est à dire notamment engager les poursuites judiciaires et se constituer partie civile en cas d'apologie du génocide comme c'est le cas pour les associations défendant les intérêts des rescapés/victimes de la Shoah et des résistants."

"Le Conseil Constitutionnel dispose désormais de trois mois pour se pencher sur la question et annuler ou pas les dispositions légales critiquées. Le pouvoir législatif devrait alors en cas de décision favorable, proposer une nouvelle loi qui intègre également notre association....."


Journal Le Monde du 4 février 1964

Le livre de Jacques Morel Jacques-Morel-La-France-au-coeur-du-genocide-des-Tutsi
" La France au coeur du génocide des Tutsi"
Présenté le 7 avril 2010
Izuba édition - L'Esprit frappeur
1500 pages... un volume et une qualité d'information exceptionnels
Infos France Rwanda dans les moteurs de recherche
En anglais
Revoir les informations antérieures et nos rubriques d'archives

^